mardi 20 janvier 2009

Pact Foundation's framework memorandum

Can intercultural dialogue contribute to the improvement of interethnic relations between Roma and non-Roma in Romanian local communities?


The Roma population is “Europe’s largest and most vulnerable minority; they are poorer than other groups, more likely to fall into poverty and more likely to remain poor”[1]. The preconditions of Roma poverty are: unfavourable starting point, low education levels, over-representation among low-skilled jobs, discrimination, de facto segregation in schools, lack of documentation (birth certificates and unclear property ownership), transition period and low representation in local and national politics. All these breed mistrust and reinforce discrimination of Roma population, which determines a very strong lack of dialogue between Roma and non-Roma.

Among the countries in Central and Eastern Europe, Romania holds the highest absolute number of Roma citizens - between 1 million and 2 millions (World Bank). Although there is a lack of consistent and recent data collection on Roma-related issues, the Roma population in Romania is considered to range between 4,65% – 11,52% of total population (OSI report, 2006).

Despite the Government’s actions as well as the civil society attempts to redress the social exclusion of the Roma community, a wide range of problems are still recorded mainly by national and international non-governmental organizations. Self-marginalization, especially among Roma youth in small communities, is a pressuring problem, which stems from lack of trust and denial of their own identity, in tight relation to Roma traditions and culture, which are being rejected by the larger society. Ultimately, in most communities, Roma integration means that Roma citizens are being assimilated by the rest of the community, and this usually happens when Roma people adhere to local traditions. There is general awareness of the fact that continuous self marginalization and discrimination towards Roma population stems from the lack of knowledge of Roma culture (even by Roma themselves), which is often invoked by the non-Roma as one of the main factors of segregation.

Hence, for Romania, the necessity to focus on intercultural dialogue and integration emerges from all these many issues that Roma population is still facing, especially in rural communities: segregation, discrimination in the field of employment, housing rights, education and health, use of excessive force in Roma communities, racial administration of justice, and discrimination of Roma women and children[2]. PACT Foundation considers that a good understanding of cultures and a direct collaboration between the majority and the minority population would determine better and more stable inter-community relations and would create a basis of support for the development of the community addressed.

A little bit of history

The first mentions of Roma, under the name of “atsiganos”, on the territory of Romania date from 1385 in a document of donation from Dan Ist towards Tismana Monastery. The Roma people had been slaves for centuries, ever since their arrival on the Romanian territory (from the XIVth century until mid XIXth century). In 1856, the Roma were freed, yet they did not immediately benefit of measures of endowment with land, hence most of them were confronted with extreme poverty. It was only in the inter-war period, when due to the general modernisation of the Romanian society, some Roma persons reached a superior social status. Yet, even then due to deep prejudices against Roma, most of the Roma intellectuals, artists etc. did not declare themselves as part of this ethnicity. It was the first time when a national movement was born. Yet, during the World War II the Roma people were again to suffer, since 36 000 Roma died during the deportation to Transnistria between 1942 and 1944. After this, the communism brought policies of assimilation: the nomad Roma people were forced to become sedentary and they were confronted with a systematic program of eradicating Roma identity.

Also, a clarification we consider necessary to make is related to the names that produce a lot of confusion among Roma and non-Roma; the knowledge of the origins of these names might represent a small, yet important step towards clarifying why the term “ţigan” (gipsy) is so negatively-loaded and should be avoided.

According to a generally accepted hypothesis, the Roma were confused with the members of Christian sect from Small Asia who were renowned magicians; hence, the name attributed to Roma, atsiganos („untouchable”) is the root for the widely met names for Roma in several languages: ţigani in Romanian, Bulgarian and Hungarian, tsiganes in French, zingari in Italian, zigeuner in German etc. At the same time there was the myth that Roma are original from Egypt, therefore the Roma were named “Egyptians”, which was transformed in gypsies in English and gitanos in Spanish.

On the other hand, „Rom” is a very old word in the Romani language, used to indicate the belonging to the Roma ethnicity. According to a well documented hypothesis, the term derives from the prakrit word “dom” which means “human/ man”. The natural phonetic evolution conveyed the word “dom” into “rom”.

The history of Roma in Romania shows that this minority had to endure mainly disadvantaging situations: they were slaves for half a century, they were deported during World War II and they were forcedly assimilated during Communism. Hence, history shows how the Roma population has been constantly forced to seek ways of coping with an on-going destitute condition.

It is, therefore, conceivable that the process of addressing the issues that the Roma are facing would unfold over a large period of time. Nonetheless, it is also a prerequisite that all programs developed in this respect should have a complementary and comprehensive approach; this comes with an understanding the promotion of intercultural dialogue is also a requirement, along with projects related to education, housing, health care, employment etc.

In Europe, the major action taken in this respect has been the Decade of the Roma Inclusion (2005 – 2015), launched in response to all these factors affecting the Roma community in Europe (and not only). The Decade is supported by the Open Society Institute, the World Bank, the European Commission, the Council of Europe, UNDP and by eight countries in Central and Eastern Europe (including Romania). During this decade, all involved pledged to address main Roma issues such as education, housing, employment, health care and to fight discrimination.

In Romania, the Government has undertaken several programs, although the most active period has begun only after year 2000 – hence, much is left to be done on various areas concerning the Roma population. Only in 2004, the Government issued a decision (No. 1703/2004) for the establishment and organization of the National Agency for Roma specifically dedicated to Roma issues. The main projects that include policies for Roma are: the Government Strategy for the Improvement of Roma Situation 2001 - 2010 (HG230/mai 2001, adopted in 2001 and updated in 2006); the National Plan for Fighting Poverty and Promoting Social Inclusion 2002-2012; PHARE RO 9803.01: “The Improvement of Roma Situation” – 2 mil. Euro.

Before tackling intercultural dialogue between the Roma and the Romanians, it is highly necessary to underline some key cultural and social aspects in order to have a clearer picture of the various realities in Romania.

· Roma is a population that is highly heterogeneous socially, economically, culturally and historically. Authors talk more about the existence of more histories of Roma within the European area rather than a single history.

· Roma as nomads – a highly recognisable cultural trait of the Roma along history, although in time even this has changed and Roma have become increasingly sedentary. Yet, having been nomads has influenced the housing conditions; more specifically, this might explain the small and poor houses situated at the margin of localities. Hence, from a traditional point of view, the houses are small and improvised due to the focus on movement and readiness to go.

· The nucleus of the community and the major form of organisation is the family, understood as the extended family. For some Roma peoples, marriage is regarded by families usually as a form of social arrangement.

· Although considered as a significant cultural trait, only 40% of the Roma people in Romania speak the Romani language. This is due to the past policies of forced assimilation, as well as the natural process of assimilation. Hence, there are cases of entire communities that have lost the Romani language, but can still be identified as Roma.

· Romani language (original from the Northern India and influenced by various languages such as Persian, Armenian, Greek) is not unique to all Roma people; instead there are various dialects. This has been due to a lack of written culture and the existence of a prominently oral language.

· Religion is another cultural trait that cannot be deemed as a unifying trait for the Roma living in Romania. Generally, the Roma people have adopted the religion of the region they lived in; hence most of them are Orthodox. It has been noticed, though, that there are increasingly more Roma communities who adopt neo-protestant religion, especially Pentecostal and Baptist.

· The musical talent is a trait that is highly recognisable in Roma communities, although it is equally true that the Roma (unlike any other minority living in Romania) contributed to a great extent to the development and preservation of the Romanian folklore (Barbu Lăutaru, Fanfara Ciocârlia, Taraf de Haidouks)

· Roma people in Romania: Roma woodworkers were the most numerous among the lordly slaves and paid the lord a certain quantity of gold extracted from the rivers which crossed Moldavia and the Romanian Country. They could practice this occupation only during the warm periods of time; during winter, Roma woodworkers would move down to the fields where they transformed the wood making wood vessels, especially spoons, dishes and troughs, and for this they were named Spoon people; Wandering Roma worked in iron; they were in the past the best in this field. Old documents describe them as often being requested by the lords for manufacturing tools and weapons; Roma Boiler-makers (cooper-smith) work with cooper and make buckets, dishes and stills (alembic); Roma Comb makers make combs out of bones; Roma Silversmiths manufacture rings and other jewellery made of gold and silver; Bear Leaders used to carry tamed bears through different villages and fairs and made them dance; Roma Tinsmith (tinmen) deal with tinning the cooper made by Boiler-makers; Roma Horse-dealers sell and buy horses; Roma Bell founder made church bells which they also rang.

· Ethnic self identification is a significant issue, since - due to the wide discrimination and stigmatization - most of the Roma tend to deny and hide their identity; in a survey conducted by the Open Society Foundation in 2007, 45% declared themselves Romanianised Roma – Roma who preserved a small part of the Roma culture and assimilated a wide part of the Romanian culture. The same study shows that 23% declare themselves as „just a Gypsy”, while only 18% declare themselves as belonging to one or another of the Roma peoples.

Also, the Romanian educational system has so far supported a „mono-cultural” approach, focused on the Romanian culture. This approach which ignored the presence of other ethnic minorities within history has favoured the assimilation of these groups. This would partly explain why most of the Roma do not know their own history and culture. It would be highly necessary that the Romanian educational system include optional courses in the curricula containing information regarding the Roma history and culture (along with those of other minorities as well). This should be complementary to an active promotion of an intercultural perspective aiming at the improvement of inter-cultural knowledge and communication of all ethnic groups.

As far as other minority groups are concerned (e.g. Hungarians) it is far more simple to introduce data about history and culture due to the existence of schools in their mother tongue and of the presence of identity elements offered by a mother country or a written culture. Yet, it would be much more difficult to accomplish this for Roma minority: although the Roma represent a minority in all European states as they have not developed a written culture. In most cases, the Roma live dispersed in localities that are populated by other ethnic populations and the Roma students usually learn side by side with their Romanian or Hungarian colleagues. This would, of course, not lead to negative effects, if discrimination was not chosen as a tool to deal with these situations. Within this context, it would be highly recommended that the teachers promote intercultural dialogue in all its aspects.

Why intercultural dialogue?

Given all the aspects presented above and the fact that Roma inclusion is a prerequisite not only in Romania but also all over Europe, PACT Foundation intends to address it by setting the basis for an intercultural dialogue framework.

Therefore, PACT Foundation proposes as a sub-theme identifying means of enabling intercultural dialogue for improving Roma and Romanian citizens’ perception, towards a better joint collaboration and participation to community development, therefore a genuine integration of Roma people in the local communities, within the localities where, through its programs and projects, PACT Foundation has developed civic initiative among community members.
PACT Foundation has been active in the community development field in the South of Romania - Muntenia and Oltenia regions - since 2002. The team has been working in rural and small or medium urban localities with groups of citizens representing disadvantaged people in their communities. In many of these communities, the situation of Roma people is very diverse: there are communities where Roma citizens are totally assimilated and there are no visible differences from the Romanians – and here the relations are relatively good; there are communities where Roma people have their own specific traits of culture, and the relations are based on common interests, and yet the two groups are quite distinct, and there are communities where the distance between the Roma and Romanians is very clear, the relations between them being at the limit of conflict.

In the beginning of May 2008, PACT Foundation started to work on a Phare project dedicated to the professional training of 150 Roma persons in Argeş County. Along the development of the project, the team has become increasingly aware of the issues that the Roma are facing in the region and especially the fact that there is a major lack of contact between most of the Roma communities and the Romanian ones.

In one particular commune - Călineşti, PACT Foundation has observed that the people belonging to the Roma and the Romanian communities are not only physically segregated, but they are also reluctant to collaborate with each other. More specifically, within two PACT projects, the team has been confronted with a dissent especially from the part of Romanians to include the Roma living in Valea Corbului village (belonging to Călineşti Commune) in the process of prioritizing the needs of the disadvantaged categories.

Within this context, PACT Foundation considered that the meetings within the Citizenship, Inter-culturality, Dialogue project could unfold in this community, aiming at bringing together Romanians and Roma to set a basis for the integration of the minority.

Călineşti Commune is located in the South-Eastern part of Argeş County; official data issued by the County Hall states that there are 11 260 inhabitants, including 668 Roma, although in Valea Corbului village it appears that there are in fact approximately 1500 Roma living in 450 households. Valea Corbului village, inhabited exclusively by Roma people, is situated at 12 km away from the Commune centre; particularly, they are Roma Rudari and they do not speak the Romani language. In their village, there is only one primary school (I-IV) with a kindergarten. There are a lot of issues that people in this village have to deal with: lack of asphalted road, water resources, medical services, pharmacy, decent houses and unemployment. Families are poor, there is a very weak collaboration with the local public administration, and there are no Roma persons in any public institutions.

The 5 local meetings to take place along the CID project in this Commune, gathering Roma and Romanians in one place, are meant to identify and enable discussions regarding efficient and effective means through which intercultural dialogue may improve the relations between the Roma and Romanians in this locality where Roma and Romanians belong to the administrative unit, yet live almost completely separately. As presented above, the situation identified by PACT Foundation requires a strategy that would not be focused only on the inter-cultural dialogue per se, but would aim to move beyond the 5 meetings and through these to bring the two communities together.

In the given context, the main question is: can intercultural dialogue contribute to the improvement of interethnic relations? And aspects of this issue would be:
- How well do we know our and the other’s culture? (with focus on the Roma culture)
- What defines the Roma and Romanian culture/identity?
- How well do we understand and how willing are we to accept the specifics of other ethnics?
- What can we do (which would be the means) so that through intercultural dialogue there may be better relations between Roma and Romanians?
- How could the two communities which are geographically segregated participate in intercultural dialogue and community development?

All these questions will be addressed through various discussion and work themes to be sustained by PACT Foundation with the support of experts in interethnic communities in Romania, regarding ways in which the relations among Roma and Romanians have influenced the process of community development/facilitation, the extent to which the good development of local projects have depended on the quality of interethnic relations, and whether Roma and Romanians working together has contributed (and in what way) to an improvement of interethnic relations in this community or vice-versa.

PACT Foundation would seek that both groups (i.e. Roma and Romanians) have a wide representation and also that the five meetings take place alternatively in the Roma and Romanian villages.

How well do we know our and the other’s culture? (with focus on the Roma culture)[3]

First meeting (December 2008)

Taken into consideration the issue of stigmatisation, as well as the very low degree of ethnic self identification on behalf of the Roma and the lack of knowledge of Roma culture among the Romanians, PACT team considers that before actually opening an intercultural dialogue, it would be highly necessary to focus on the presentation of several key historical and cultural Roma aspects. Thus, the initial meeting would very much focus on raising cultural awareness, thus endorsing self-esteem for Roma and motivate both groups to interact in the future meetings. The debate would be triggered by presenting information related to the Roma history and culture, as well as by clarification of key terms (ţigani, gypsy, Roma) and by showcasing Roma role models.

As the two communities addressed are segregated and there is already a history of lack of communication and collaboration, PACT Foundation will moderate the meeting in a more informal and flexible manner in order to ensure the participation of the two groups in the following meetings.

What defines the Roma and Romanian culture/identity? How well do we understand and how willing are we to accept the specifics of other ethnics?

Second meeting (January 2009)

The second meeting would underline the importance of knowing each other’s culture; it would reiterate some major cultural references about Roma culture and it would also focus on the Roma and Romanian culture/traditions; thus, the groups would have the opportunity to present their own traditions and their vision on what defines their culture. The debate between the two groups should define if and to what extent there is an assimilation of Romanian traditions on behalf of Roma and to what extent the two groups know, understand and wish to accept each other’s identity.

What can we do (which would be the means) so that through intercultural dialogue there may be better relations between Roma and Romanians?

Third meeting (February 2009)

This meeting would focus on facilitating a dialogue between the two groups in order to generate an activity based on an intercultural exchange; the moderators of the meeting would encourage and support the two groups to reach a decision on organising an intercultural activity in a participatory manner.

Bringing together the Roma and the Romanians in an activity that would cherish both cultures is an attempt of PACT Foundation to ensure genuine intercultural dialogue, lasting relations between the two groups, as well as a larger involvement of Roma in the activities of community development and the local public institutions.

The outcome of this meeting would be decisive for the unfolding of the next two gatherings, as the two groups would jointly decide on the intercultural activities. More specifically, this could take place in April when the Easter Holidays might offer a proper context for intercultural dialogue and/or in June when the school year is over and there are opportunities for intercultural celebrations with children from both communities.

Fourth and Fifth meetings (April and June 2009)

According to the outcome of the third meeting, the fourth and fifth meetings will provide the opportunity for taking concrete action in the sense of intercultural dialogue. Thus, the two groups would plan and put into practice the aforementioned activities. PACT Foundation’s expertise on participatory planning, as well as the moderator’s experience in inter-ethnic relations would be used extensively in the process of facilitating these meetings.


“Elements of Roma history and culture” – guide for teachers; edited within the program Educational Development in the Roma community by Open Society Foundation Romania with the support of Matra Program, Netherlands

“Roma Inclusion Barometer” – Gabriel Badescu, Vlad Grigoras, Cosima Rughinis, Malina Voicu, Ovidiu Voicu – Open Society Foundation Romania 2007

“Inclusion and exclusion of Roma in the contemporary Romanian society” – Edited by Gabor Fleck and Cosima Rughinis – SPER – Stop the Prejudices against the Roma ethnicity, funded by European Union through Phare 2004 program, Bucharest 2008

“Roma Inclusion – Lessons Learned from OSI’s Roma Programming” – edited by Bernard Rorke and Andre Wilkens, Open Society Institute, New York 2006

“Roma – stories of life” – Coordinated by Malina Voicu and Claudiu Tufis, Soros Foundation Romania 2008

“Did You Know...” – leaflet presenting main historical and cultural Roma elements, edited within the project “The consolidation of the Institutional Capacity and Development of Partenerships for the Improvement of Perception and the Conditions of Roma”, a campaign of the General Secretariat of the Government and the National Agency for Rom, 2007

‘Multicultural Education, Roma in School’, 2006, Save the Children Romania – Coordinator: Gabriela Alexandrescu, Marilena Mamina

‘History and Roma Traditions’, Save the Children Romania – Authors: Delia Grigore & Gheorghe Sarau, Coordinator: Gabriela Alexandrescu, Editing: Miralena Mamina, 2006

Overview of the Roma Situation in Romania for European Commission Consideration at 2006 Country Report – Romani Criss, Roma Centre for Social Intervention and Studies

Open Society Institute, EU Monitoring and Advocacy Program, Education Support Program, Roma Participation Program - Equal Access to Quality Education for Roma, Monitoring Reports, 2007
[1] Pogany, Istvan (2006) – ‘Minority Rights and the Roma of Central and Eastern Europe’. Human Rights Law Review, 6:1, 2006, pp.1-25
[2] Overview of the Roma Situation in Romania for European Commission Consideration at 2006 Country Report – Romani Criss, Roma Centre for Social Intervention and Studies
[3] Although an intercultural dialogue also requires a focus on the Romanian culture, the team would specifically focus on the Roma culture, as the former is thoroughly taught in schools, while the later is widely unknown even to the Roma themselves

Note de cadrage de la Fondation Pact

Le dialogue interculturel peut-il contribuer à améliorer les relations interethniques entre les Roms et les non Roms dans les communautés locales roumaines?


Les Roms sont « la minorité européenne la plus importante et la plus vulnérable; ils sont plus pauvres que d’autres groupes, plus susceptibles à tomber dans la pauvreté et à rester pauvres »[1]. Les préconditions de la pauvreté des Roms sont: un point de départ défavorable, des niveaux d’éducation faibles, une surreprésentation dans les emplois sous-qualifiés, discrimination, ségrégation de facto dans les écoles, manque de titres officiels (extraits de naissance et droits de propriété difficile à démontrer), période de transition et représentation réduite dans la vie politique locale et nationale. Tout ceci encourage la méfiance et renforce la discrimination de la population rom ce qui entraîne un manque significatif de dialogue entre les Roms et les non Roms.

Parmi les pays de l’Europe centrale et de l’est, la Roumanie compte le nombre le plus élevé de citoyens roms – entre 1 et 2 millions (Banque Mondiale). Même s’il existe un manque considérable de données récentes recueillies en ce qui concerne les Roms, la population rom de Roumanie est estimée entre 4,65% et 11,52% de la population totale (rapport OSI, 2006).

Malgré les actions du Gouvernement ainsi que les tentatives de la société civile de réparer l’exclusion sociale de la communauté rom, les organisations non-gouvernementales nationales et internationales continuent à relever encore une large série de problèmes. L’auto-marginalisation, particulièrement parmi les jeunes Roms des petites communautés, est un problème pressant qui provient du manque de confiance et de la négation de leur propre identité, en lien étroit avec les traditions et la culture des Roms qui sont rejetées par la société dans son acception plus large. Enfin, dans la plupart des communautés, l’intégration des Roms signifie que les Roms sont assimilés au reste de la communauté et cela arrive généralement quand ceux-ci adhèrent aux traditions locales. Il est généralement connu que l’auto-marginalisation et la discrimination continue contre les Roms proviennent d’une méconnaissance de la culture rom (même par les Roms mêmes), ce qui est souvent évoqué par les non-Roms comme un des facteurs principaux de ségrégation.

Par conséquent, pour la Roumanie, la nécessité de se concentrer sur le dialogue interculturel et sur l’intégration dérive de toutes ces nombreux problèmes auxquels les Roms se confrontent encore, plus particulièrement dans les communautés locales: ségrégation, discrimination dans le domaine de l’emploi, des droits au logement, de l’éducation et de la santé, utilisation excessive de la force dans les communautés roms, administration raciale de la justice et discrimination des femmes et des enfants roms[2]. La Fondation PACT considère qu’une bonne compréhension des cultures et une coopération directe de la population majoritaire et de la population minoritaire pourraient engendrer des relations inter-communauté plus stables et d’une meilleure qualité et mettre les fondements pour l’appui au développement de la communauté visée.

Un peu d’histoire

Les premières attestations des Roms, sous le nom « d’atsiganos », sur le territoire de la Roumanie datent de 1385 dans un document de donation de Dan Ier au Monastère de Tismana. Les Roms étaient des esclaves depuis des siècles, depuis leur arrivée sur le territoire roumain (depuis le XIVème siècle jusqu’à la moitié du XIXème siècle). En 1856, les Roms ont été libérés, mais ils n’ont pas bénéficié de suite de mesures de dotation en terrains et beaucoup d’entre eux se sont retrouvés dans une situation de pauvreté extrême. Ce n’est qu’à l’entre deux guerres que, grâce à la modernisation générale de la société roumaine, certains Roms ont pu accéder à un statut social supérieur. Pourtant, même à cette époque, vu les préjugés profonds contre les Roms, la majorité des intellectuels, des artistes etc. n’a pas avoué faire partie de cette ethnie. C’était la première fois que naissait un mouvement national. Mais, pendant la deuxième guerre mondiale, les Roms devaient de nouveau traverser des difficultés, puisque 36 000 Roms sont morts pendant la déportation en Transnistrie entre 1942 et 1944. Après cela, le communisme est arrivé avec des politiques d’assimilation: les populations roms nomades étaient forcées de devenir sédentaires et confrontées à un programme systématique d’éradication de l’identité rom.

De plus, il est nécessaire à notre avis de faire une précision concernant les noms qui produisent beaucoup de confusions parmi les Roms et les non Roms; la connaissance des origines de ces noms pourraient constituer un pas, il est vrai, petit mais important vers la clarification des raisons pour lesquelles le terme « ţigan » (tsigane) est chargé de connotations négatives et devrait être évité.

Conformément à une hypothèse généralement acceptée, les Roms ont été confondus avec les membres d’une secte chrétienne de l’Asie Mineure qui étaient des magiciens renommés; donc, le nom attribué aux Roms, atsiganos (« intouchable ») constitue la racine pour les noms qu’on utilise largement dans plusieurs langues pour décrire les Roms: ţigani en roumain, bulgare et hongrois, tsiganes en français, zingari en italien, zigeuner en allemand etc. En même temps il y avait un mythe selon lequel les Roms venaient d’Egypte, c’est pourquoi les Roms ont été surnommés « Egyptiens », ce qui est devenu gypsies en anglais et gitanos en espagnol.

D’une autre part, « Rom » est un mot très ancien de la langue romani, utilisé pour indiquer l’appartenance à l’ethnie rom. Conformément à une hypothèse bien argumentée, ce terme dériverait du mot prakrit « dom » qui signifie « humain/ homme ». L’évolution phonétique naturelle a transformé le mot « dom » en « rom ».

L’histoire des Roms en Roumanie montre que cette minorité a dû endurer principalement des situations désavantageuses: ils ont été esclaves pendant la moitié d’un siècle, ils ont été déportés pendant la deuxième guerre mondiale et ils ont été assimilés de force pendant le communisme. L’histoire montre alors que la population rom a été constamment forcée à chercher des modalités pour faire face à une condition permanente de démunis.

Il est par conséquent tout à fait concevable que les démarches qui cherchent à aborder les problèmes auxquels se confrontent les Roms prendront une longue période de temps. Cependant, l’approche complémentaire et compréhensive de tous les programmes développés dans ce domaine constitue un pré-requis; ceci signifie également que la promotion du dialogue interculturel est une autre condition nécessaire, tout comme les projets concernant l’éducation, le logement, la santé, l’emploi etc.

En Europe, la démarche principale réalisée de ce point de vue a été la Décennie de l’inclusion des Roms (2005 – 2015), lancée en réponse à tous ces facteurs qui affectent la communauté rom en Europe (et pas seulement). Cette décennie est soutenue par l’Institut pour une société ouverte (Open Society Institute), la Banque Mondiale, la Commission européenne, le Conseil de l’Europe, PNUD et par huit pays de l’Europe centrale et de l’est (y compris la Roumanie). Pendant cette décennie, toutes les parties impliquées ont décidé de s’occuper des problèmes essentiels de la population rom, comme l’éducation, le logement, l’emploi, la santé et la lutte contre la discrimination.

En Roumanie, le Gouvernement a mis en place plusieurs programmes, même si la période la plus active n’a démarré qu’après 2000 – il reste donc beaucoup de choses à faire dans des domaines très variés concernant les Roms. Le Gouvernement a finalement publié un Arrêté en 2004, (No. 1703/2004) sur la création et l’organisation de l’Agence Nationale pour les Roms, dédiée aux problèmes spécifiques de cette population. Les principaux projets liés aux politiques sur les Roms sont les suivants: la stratégie gouvernementale d’amélioration de la situation des Roms 2001 - 2010 (HG230/mai 2001, adoptée en 2001 et actualisée en 2006); le Plan National de lutte contre la pauvreté et de promotion de l’inclusion sociale 2002-2012; PHARE RO 9803.01: « Amélioration de la situation des Roms » – 2 millions d’euros.

Avant d’entrer dans le dialogue interculturel entre les Roms et les Roumains, il est très important de souligner quelques aspects culturels et sociaux clés afin d’avoir une image plus claire des différentes réalités en Roumanie.

· Les Roms sont une population très hétérogène socialement, économiquement, culturellement et historiquement. Les auteurs parlent de l’existence de plusieurs histoires des Roms en Europe plutôt que d’une seule.

· Les Roms comme nomades – un trait culturel très reconnaissable des Roms à travers l’histoire, même si cela a changé avec le temps et les Roms sont devenus de plus en plus sédentaires. Pourtant, le fait d’avoir été nomades a influencé leurs modes de logement; plus précisément, cela pourrait expliquer les maisons petites et pauvres situées à la périphérie des localités. Donc, d’un point de vue traditionnel, les maisons sont petites et improvisées à cause de l’accent sur le mouvement et sur la nécessité d’être prêt à repartir.

· Le noyau de la communauté et la forme principale d’organisation est la famille, dans sa version étendue. Pour certains peuples roms, le mariage est généralement vu par les familles comme une forme d’arrangement social.

· Même si considérée comme une caractéristique culturelle significative, seulement 40% des Roms parlent la langue Romani. Ceci est dû aux politiques d’assimilation forcée du passé ainsi qu’au processus naturel d’assimilation. Il y a donc des cas de communautés entières qui ont perdu la langue Romani mais qui peuvent encore être identifiées comme des communautés roms.

· La langue Romani (originaire de l’Inde du nord et influencée par des langues différentes comme le perse, l’arménien, le grec) n’est pas unique à tous les Roms; il existe au contraire des dialectes variés. Ceci est dû à l’absence d’une culture écrite et à l’existence d’une langue essentiellement orale.
· La religion et un autre trait culturel qui ne peut pas être vu comme une caractéristique fédératrice pour les Roms habitant en Roumanie. En général, les Roms ont adopté la religion de la région où ils habitaient; donc la plupart sont Orthodoxes. Pourtant il faut remarquer qu’il existe de plus en plus de communautés roms qui adoptent une religion neo-protestante, plus particulièrement le pentecôtisme et le baptisme.

· Le talent musical est une caractéristique qui est très reconnaissable dans les communautés roms, e il est également vrai que les Roms (à la différence de toute autre minorité vivant en Roumanie) ont contribué en grande mesure au développement et à la conservation du folklore roumain (Barbu Lăutaru, Fanfara Ciocârlia, Taraf de Haidouks).

· Les Roms en Roumanie: les travailleurs du bois roms étaient le groupe le plus important parmi les esclaves des seigneurs et payaient à ceux-ci une quantité précise d’or extrait des rivières qui traversaient la Moldavie et le Pays Roumain. Ils pouvaient pratiquer cette occupation que pendant les saisons chaudes de l’année; pendant l’hiver, les travailleurs du bois roms descendaient dans les régions de plaine où ils transformaient le bois en vaisselle, plus particulièrement des cuillères, des plats et des passoires, et pour cela ils ont été appelés les gens qui font les cuillères; les Roms voyageurs travaillaient le fer; dans le passé, c’étaient les meilleurs dans ce domaine. Des documents anciens les décrivent comme étant fréquemment sollicités par les seigneurs pour fabriquer des outils et des armes; les Roms chaudronniers travaillaient le cuivre et fabriquaient des chaudrons, des plats et des alambics; les fabricants de peignes confectionnent des peignes en os; les Roms orfèvres font des bagues et d’autres bijoux en or et en argent; les Montreurs d’ours avaient l’habitude de promener des ours dressés dans différents villages et foires et de les faire danser; les Roms étameurs s’occupent de l’étamage du cuivre fait par les chaudronniers; les Roms palefreniers vendent et achètent des chevaux; les Roms fondeurs de cloches réalisaient les cloches des églises qu’ils faisaient aussi sonner.

· L’auto-identification ethnique est un aspect important puisque – dû à la discrimination et stigmatisation étendues – la majorité des Roms est tentée de nier et cacher son identité; dans un sondage réalisé par la Fondation pour une Société Ouverte (the Open Society Foundation) en 2007, 45% se sont déclarés des Roms roumanisés – des Roms qui conservaient une petite partie de la culture rom et qui avaient assimilé une vaste partie de la culture roumaine. La même étude montre que 23% se déclarent comme « juste un tsigane » alors que 18% se déclarent comme appartenant à un des peuples roms.

De plus, le système éducatif roumain a soutenu jusqu’à présent l’approche « mono-culturelle », concentrée sur la culture roumaine. Cette approche qui ignorait la présence d’autres minorités ethniques dans l’histoire a favorisé l’assimilation de ces groupes. Ceci pourrait partiellement expliquer pourquoi la majorité des Roms ne connaissent pas leur propre histoire et culture. Il est impératif que le système éducationnel roumain comprenne des cours optionnels dans le programme qui enseignent des informations concernant l’histoire et la culture des Roms (tout comme celles des autres minorités aussi). Ceci devrait venir compléter une promotion active d’une perspective interculturelle visant à améliorer la connaissance interculturelle et la communication de tous les groupes ethniques.

En ce qui concerne les autres groupes de minorités (les Hongrois) il est beaucoup plus simple de présenter des informations sur leur histoire et culture grâce à l’existence des écoles en langue maternelle et à la présence d’éléments d’identité offerts par un pays mère ou une culture écrite. Et il serait beaucoup plus difficile de réaliser ceci pour la minorité rom même s’ils représentent une minorité dans tous les pays européens puisqu’ils n’ont pas développé de culture écrite. Dans la majorité des cas, les Roms vivent dispersés dans des localités peuplées par d’autres populations ethniques et les élèves roms généralement vont à l’école avec leurs collègues roumains et hongrois. Ceci ne conduirait sans doute pas à des effets négatifs si la discrimination n’était pas choisie comme outil pour gérer ce genre de situation. Dans ce contexte, il est fortement recommandé que les professeurs encouragent le dialogue interculturel dans tous ses aspects.

Pourquoi le dialogue interculturel?

Vu tous les aspects ci-dessus et le fait que l’intégration des Roms est un pré-requis non seulement en Roumanie mais partout en Europe, la Fondation PACT envisage de l’aborder en mettant les bases pour un cadre de dialogue interculturel.

Ainsi, la Fondation PACT propose un sous-thème identifiant des moyens de dialogue interculturel en vue d’améliorer la perception des Roms et des Roumains, dans le but d’une meilleure collaboration et participation au développement des communautés, et donc c’une intégration réelle des Roms dans les communautés locales, dans les localités où, par ses programmes et projets, la Fondations PACT a développé l’initiative citoyenne parmi les membres de la communauté.
La Fondation PACT est intervenue dans le développement communautaire dans le sud de la Roumanie – dans les régions de Muntenia et Oltenia – depuis 2002. Notre équipe a travaillé avec des groupes de personnes défavorisées dans les communes rurales ainsi que dans les communes urbaines de petites et moyennes dimensions. Dans beaucoup de ces communautés, la situation des Roms est très diverse: il existe des communautés où les Roms sont complètement assimilés et il n’y a pas de différences visibles par rapport aux Roumains – et là les relations sont relativement bonnes; il existe des communautés où les Roms gardent leurs caractéristiques culturelles propres et les relations sont fondées sur les intérêts communs, pourtant les deux groupes sont assez distincts ; et il existe enfin des communautés où la distance entre les Roms et les Roumains est très claire, leurs relations étant à la limite du conflit.

Au début de mai 2008, la Fondation PACT a commencé à travailler au sein d’un projet Phare dédié à la formation professionnelle de 150 Roms dans le judet d’Argeş. A travers le développement du projet, l’équipe a pris conscience progressivement des problèmes auxquels se confrontaient les Roms dans la région et plus particulièrement du fait qu’il existe une absence importante de contact entre la majorité des communautés roms et les communautés roumaines.

Dans une commune en particulier - Călineşti, la Fondation PACT a observé que les membres des communautés rom et roumaine ne connaissaient pas seulement un phénomène de ségrégation physique mais ils étaient également méfiants à l’idée de collaborer entre eux. Plus précisément, au sein de deux projets PACT, l’équipe s’est confrontée au refus, surtout de la part des Roumains d’inclure les Roms habitant dans le village de la Valea Corbului (appartenant à la commune de Călineşti) dans le processus de prioritisation des besoins des catégories défavorisées.

Dans ce contexte, la Fondation PACT a considéré que les réunions du projet Citoyenneté, Interculturalité, Dialogue pourraient être organisées dans cette communauté afin de réunir les Roumains et les Roms et de mettre les bases pour l’intégration de la minorité.

La commune de Călineşti est située dans les sud est du judet d’Argeş; les données officielles délivrées par la mairie affirment qu’il existe 11 260 habitants y compris 668 Roms, même s’il paraît qu’en fait environ 1500 Roms vivraient dans le village de Valea Corbului dans 450 foyers. Le village de Valea Corbului, habité exclusivement par des Roms, est situé à 12 km du centre de la commune; il y a là, plus précisément, des Roms Rudari qui ne parlent pas Romani. Dans leur village, il existe une seule école primaire (classes I-IV) avec une école maternelle. Il y a beaucoup de problèmes que les gens de ce village doivent affronter: absence de route goudronnée, de ressources d’eau, de services médicaux, de pharmacie, de logements décents et d’emploi. Les familles sont pauvres, il y a une coopération très faible avec l’administration publique locale et il n’y a pas de Roms dans les institutions publiques.

Les 5 réunions locales à organiser au sein du projet CID dans cette commune, réunissant des Roms et de Roumains ont vocation à identifier et faciliter des discussions concernant des moyens efficients et efficaces par lesquels le dialogue interculturel pourrait améliorer les relations entre les Roms et les Roumains dans cette localité ou les Roms et les Roumains appartiennent à la même entité administrative mais vivent complètement séparés. Comme il a été présenté ci-dessus, la situation identifiée par la Fondation PACT nécessite une stratégie qui ne devrait pas se concentrer que sur le dialogue interculturel per se, mais devrait envisager d’aller plus loin que les 5 réunions et réunir les deux communautés, grâce à cela.

Dans le contexte donné, la question principale est: le dialogue interculturel peut-il contribuer à l’amélioration des relations interethniques? Et cela supposerait:
- Dans quelle mesure nous connaissons notre culture et celle des autres? (avec un accent sur la culture rom)
- Qui définit la culture/identité rom et roumaine?
- Dans quelle mesure nous comprenons et nous acceptons les spécificités des autres ethnies?
- Qu’est-ce que nous pouvons faire (quels seraient les moyens) d’avoir de meilleures relations entre Roms et Roumains grâce au dialogue interculturel?
- Comment les deux communautés qui sont séparées géographiquement pourraient participer au dialogue interculturel et au développement communautaire?

Toutes ces questions seront abordées à l’aide de différentes discussions et sujets de travail que la Fondation PACT mettra en place dans les communautés interethniques de Roumanie, avec l’appui des experts, afin d’identifier des moyens par lesquels les relations entre les Roms et les Roumains ont influencé le processus de développement communautaire/facilitation, la mesure dans laquelle le bon développement de projets locaux a dépendu de la qualité des relations interethniques et si les Roms et les Roumains travaillant ensemble ont contribué (et de quelle manière) à une amélioration des relations interethniques ou vice-versa.

La Fondation PACT s’assurera que les deux groupes (c'est-à-dire les Roms et les Roumains) aient une large représentation et que les cinq réunions aient lieu alternativement dans les villages roumains et roms.

Dans quelle mesure nous connaissons notre propre culture et celle des autres? (avec accent sur la culture rom)[3]

Première réunion (décembre 2008)
Prenant en considération la question de la stigmatisation, ainsi que le degré très faible d’auto-identification ethnique de la part des Roms et le manque de connaissance des Roumains en ce qui concerne la culture rom, l’équipe PACT considère qu’avant de vraiment ouvrir un dialogue interculturel, il serait nécessaire de se concentrer sur la présentation de quelques aspects historiques et culturels clés concernant les Roms. Ainsi, la réunion initiale devrait servir comme prise de conscience culturelle encouragent l’estime de soi pour les Roms et motivant les deux groupes à interagir dans les réunions suivantes. Le débat serait déclenché par la présentation d’informations sur l’histoire et la culture des Roms, ainsi que par la clarification des termes clé (ţigani, tsiganes, Rom) et par la mise en évidence de modèles roms.

Comme le deux communautés visées sont séparées et qu’il existe déjà une histoire de manque de communication et de collaboration, la Fondation PACT animera la réunion d’une façon plus informelle et souple afin d’assurer la participation des deux groupes dans les réunions suivantes.

Qu’est-ce qui définit la culture/identité rom et roumaine? Dans quelle mesure nous comprenons et nous sommes capables d’accepter les spécificités d’autres ethnies?

Deuxième réunion (janvier 2009)

La deuxième réunion mettra en évidence l’importance de connaître la culture des autres ; elle réitérera quelques références culturelles essentielles sur la culture rom et se concentrera également sur la culture/les traditions roms et roumaines; ainsi les groupes auront l’opportunité de présenter leurs propres traditions et leur vision sur ce qui définit leur culture. Le débat entre les deux groupes devrait faire ressortir cela et montrer dans quelle mesure il y a une assimilation des traditions roumaines de la part des Roms et dans quelle mesure les deux groupes connaissent, comprennent et sont disposés à accepter l’identité de l’autre.

Qu’est-ce que nous pouvons faire (quels sont nos moyens) pour construire de meilleures relations entre les Roms et les Roumains grâce au dialogue interculturel?

Troisième réunion (février 2009)

Cette réunion visera à faciliter un dialogue entre les deux groupes en vue de générer une activité basée sur l’échange interculturel; les animateurs de la réunion encourageront et soutiendront les deux groupes à prendre une décision sur l’organisation d’une activité interculturelle d’une manière participative.

En réunissant les Roms et les Roumains dans une activité qui mettrait en valeur les deux cultures, la Fondation PACT essaye d’assurer un dialogue interculturel authentique, des relations durables entre les deux groupes ainsi qu’une implication plus importante des Roms dans les activités de développement communautaire et dans les institutions publiques locales.

Le résultat de cette réunion sera décisif pour l’organisation des deux rencontres suivantes, puisque les deux groupes décideront ensemble sur les activités interculturelles. Plus précisément, celles-ci pourraient avoir lieu en avril lorsque les vacances de Pâques pourraient offrir un contexte approprié pour le dialogue interculturel et/ou en juin lorsque l’année scolaire est finie et qu’il y a des occasions de célébration ensemble avec les enfants des deux communautés.

Quatrième et cinquième réunion (avril et juin 2009)

Conformément au résultat de la troisième réunion, la quatrième et la cinquième réunion fourniront l’opportunité de prendre des actions concrètes dans le sens du dialogue interculturel. Ainsi, les deux groupes pourraient prévoir et mettre en pratique les activités ci-dessus. L’expertise de la Fondation PACT en ce qui concerne la planification participative ainsi que l’expérience de l’animateur dans les relations interethniques seront largement utilisées dans la facilitation de ces réunions.


“Elements of Roma history and culture” – guide for teachers (« Eléments d’histoire et de culture des Roms » - guide pour les enseignants); édité au sein du programme Développement éducationnel de la communauté rom par la Fondation pour une Société Ouverte Roumanie avec l’appui du Programme Matra Program des Pays Bas

“Roma Inclusion Barometer” (« Le baromètre d’inclusion des Roms ») – Gabriel Badescu, Vlad Grigoras, Cosima Rughinis, Malina Voicu, Ovidiu Voicu – Fondation pour une Société Ouverte Roumanie 2007

“Inclusion and exclusion of Roma in the contemporary Romanian society” (« Inclusion et exclusion des Roms dans la société roumaine contemporaine ») – Edité par Gabor Fleck et Cosima Rughinis – SPER – Stop the Prejudices against the Roma ethnicity (Stop aux préjugés contre l’ethnie rom), financé par l’Union européenne par le programme Phare 2004, Bucarest 2008

“Roma Inclusion – Lessons Learned from OSI’s Roma Programming” (« L’inclusion des Roms – leçons apprises de la Programmation OSI sur les Roms »)– édité par Bernard Rorke et Andre Wilkens, Open Society Institute, New York 2006

“Roma – stories of life” (« Les Roms – des histoires vécues ») – Coordonné par Malina Voicu et Claudiu Tufis, Fondation Soros Roumanie 2008

“Did You Know...” (« Vous saviez que… ») – brochure de présentation des principaux éléments historiques et culturels des Roms, édité au sein du projet « Renforcement de la capacité institutionnelle et développement des partenariats en vue de l’amélioration de la perception et des conditions de vie des Roms », une campagne du Secrétariat Général du Gouvernement et de l’Agence Nationale pour les Roms, 2007

‘Multicultural Education, Roma in School’ (« Education multiculturelle, les Roms à l’école »), 2006, Save the Children Romania – Coordinateur: Gabriela Alexandrescu, Marilena Mamina

‘History and Roma Traditions’ (« Histoire et traditions des Roms »), Save the Children Romania – Auteurs: Delia Grigore & Gheorghe Sarau, Coordinateur: Gabriela Alexandrescu, Edité par: Miralena Mamina, 2006

Présentation de la situation des Roms en Roumanie à l’attention de la Commission Européenne lors du rapport 2006 sur le pays – Romani Criss, Roma Centre for Social Intervention and Studies (Centre rom pour l’intervention sociale et les études)

Open Society Institute, Programme européen de suivi et de soutien, Programme d’appui à l’éducation, Programme de participation des Roms – Egalité d’accès à une éducation de qualité pour les Roms, Rapports de suivi, 2007
[1] Pogany, Istvan (2006) – ‘Minority Rights and the Roma of Central and Eastern Europe’ (« Les droits des minorités et les Roms en Europe centrale et de l’est »). Human Rights Law Review, 6:1, 2006, pp.1-25
[2] Présentation de la situation des Roms en Roumanie à l’attention de la Commission Européenne lors du rapport 2006 sur le pays – Romani Criss, Roma Centre for Social Intervention and Studies (Centre rom pour l’intervention sociale et les études)
[3] Même si un dialogue interculturel nécessite aussi un accent sur la culture roumaine, l’équipe se concentrera plus précisément sur la culture rom puisque la première est enseignée dans les écoles alors que la dernière reste largement inconnue même aux Roms mêmes.

Macif Foundation's framework memorandum


Fondation MACIF is involved, as a partner alongside other social economy organisations in Europe, in a pan-European project entitled CID (Citizenship, Interculturality, and Dialogue). One of the project’s central aims is to create a European forum for reflecting upon intercultural dialogue, what the concept means, how it is perceived in different corners of the European Union and how it is applied concretely.

In its White Paper on intercultural dialogue, the Council of Europe defines intercultural dialogue as “an open and respectful exchange of views between individuals, groups with different ethnic, cultural, religious and linguistic backgrounds and heritage, on the basis of mutual understanding and respect”[1]. Year 2008 was designated the European Year of Intercultural Dialogue by the European Commission, which believes that intercultural dialogue can be an effective instrument not only for managing cultural diversity in a democratic manner, but also for contributing to the promotion of active citizenship on the part of all citizens within the Union.

By organising citizen debates involving policyholder representatives from its founding mutual insurance company MACIF, Fondation MACIF has chosen to explore the issue of intercultural dialogue and integration more specifically. As society becomes increasingly multicultural, the challenge before us is to integrate and recognise the differences between each and every one of us – cultural, linguistic, ethnic, religious, age-related, gender-related, pertaining to sexual orientation, etc. The integration process encompasses every aspect of society living. What, then, are the drivers for integration? A number of integration measures have been identified: through work, the educational system, language, activism through associations, unions, politics, etc.

Fondation MACIF has been deeply mobilised for the past few years, in cooperation with its partners, to foster integration through employment, fight discrimination, promote diversity in companies, integrate young people of immigrant origin, etc. It has chosen to put three measures aimed at integration up for debate, in order to enrich both its discussions and European debate:
- integration through employment;
- integration through a diversity policy in the workplace;
- integration through citizen participation.

As a foreword, the three topics will be presented, along with the questions they raise and which will be set before the MACIF policyholder representatives. This will be followed by a presentation of the citizens’ debates and how they are structured, so as to show how Fondation MACIF intends to give a voice to the representatives and enable them to engage in dialogue on these topics.

1) Outline of the Three Debate Topics and Questions to Address

a) Integration through Employment

There exist many initiatives, whether institutional or association-based, aimed at integrating people through economic activity or employment. These initiatives assist people either in looking for salaried work, or in creating their own enterprise. They are sometimes targeted at specific populations: people of immigrant origin, young people, women, etc. All of these are populations subject to real disparities in treatment when trying to access employment.

In 2008, Fondation MACIF supported initiatives to fight discrimination on the grounds of ethnic origin, in relation to employment, through a competition open to enterprises from the social economy (mutual funds, cooperatives, associations and foundations). In association with the Directorate on Immigrant Reception, Integration and Citizenship (DAIC) under the Ministry of Immigration and the Agency for Social Cohesion and Equal Opportunity (ACSE), and with the expertise of the French Equal Opportunities and Anti-Discrimination Commission (HALDE), it wished to take up the issue of the discrimination in hiring, to which people of immigrant origin are subject.

This proceeded from the fact that, in 2007, out of the 6 222 claims lodged with the HALDE, over half were related to employment and 27% were based on origin. Immigrants are more likely to be without employment, with unemployment levels reaching 16.4% in 2002, or twice as much as non-immigrants. Likewise, the level of female employment amongst immigrants “is markedly lower than that of non-immigrant females”[2], and their unemployment rates are higher than those of immigrant males. Immigrant females are, in other words, victim to two-fold discrimination, due both to their origin and their gender. Clearly, the “origin” effect can combine with other factors. The “neighbourhood” effect is also used as grounds for discrimination in the hiring process: the unemployment rate in urban areas classified as underprivileged (ZUS) is twice as high as elsewhere (20% to 10%)[3]. Young people also suffer inequalities in entering the workplace. 19% of young people under age 25 are unemployed, as compared to 8 to 9% of the population above age 25.[4]

Policies have been instituted in favour of integration through employment, based on the postulate that work is a source of social, economic and cultural integration. In contrast, there are inequalities in the quality of the jobs available. 8.6% of women in salaried positions are in forced part-time. The populations of immigrant origin are also more affected by work instability and are far more dependent than are “natives”[5] on subsidised, unstable work. The debate on integration through employment must expand to include considerations on the quality of employment.

Do you feel that the workplace is always an effective place of integration?
Are social economy companies, which hold solidarity values high, a vector toward better social integration than are traditional companies?
Do you know of interesting initiatives which you would like to share?
What are the pre-requisites for successful integration through employment?

b) Integration through Company Diversity Policies

Diversity is a vague concept. Some would say it is a “catch-all” phrase. Diversity emerges as soon as the concept of “difference” comes into the picture, whether it is physical and/or social, and can include differences arising from sexual orientation, culture, skin colour, religious practices, etc. In the professional world, a person who is different in such and such a characteristic can suffer discrimination when being considered for a job, or in his/her prospects for development within a company. Examples of this have already been listed. “Emerging in organisations, whether from the private, public or non-merchant sector, is an awareness of the internal and external challenges arising from this growing diversity, which is increasingly visible and lying in wait of recognition”[6]. Companies can less and less allow themselves to remain silent in the face of this trend and, as a result, some choose to institute an active diversity management policy, in order to generate an integration dynamic for those entering the company and fight discrimination. The policy generally falls within the scope of the companies’ considerations on corporate social responsibility. The measures taken within companies most often involve setting up a new human resources management policy, reorganising work methods and standards and strengthening cooperation with the associations and partners in their environment. “The employers who have adopted diversity management plans work primarily from the following characteristics, which are the grounds most frequently-cited for discrimination: gender, ethnic origin, disability and age”.[7] For it is at the level of the company that the needs and opportunities as regards the integration of migrant workers, in particular, are the most concrete. New forms of discrimination are also emerging, more subtle, relating to physical appearance or sexual orientation, but which are still not the focus of many diversity management measures, in the broader sense.

MACIF signed, for instance, the Charter on Diversity, on 10 October 2007. It wishes to guarantee all of its employees equal opportunities, at every stage of their careers. The Charter and, more concretely, all of the measures taken in MACIF’s human resources policy, are aimed at: young people, in particular those born of immigration; people age 45and above or those with over 20 years’ seniority; women; and the disabled. These measures consist primarily of continuing training, individual follow-up and recruitment. Partnership also plays an important part, as MACIF has chosen to work in closer conjunction with the associations, higher learning establishments, intermediary recruitment companies, etc. All of the labour unions have been involved in establishing the company’s diversity policy.

Why do companies choose to conduct an active policy with respect to diversity management? Several motives have been identified by the specialists. In a study carried out by the European Commission in 2005, 83% of the companies surveyed felt that a diversity management policy generated positive fallout for the company, in particular from the business standpoint.[8] They also felt that: heterogeneous teams are more creative and perform better; the integration of a disabled person into a department generates a spirit of solidarity and open-mindedness; equal treatment for all employees is a source of motivation to think about one’s development prospects; promotion for the diversity policy conducted by the company has positive repercussions on its image, etc. Beyond these positive repercussions for the business itself, the existence of a diversity management policy in a company contributes to greater open-mindedness in the workforce and customer base, as well as to better intercultural dialogue.

In what ways does a company diversity management policy foster integration?
What edge do social economy companies have in the field of diversity?
Do you know of specific initiatives or experiments which you would like to share?
What would you suggest to improve integration in a company?

c) Integration through Citizen Participation

“The European Union needs to offer European citizens from all backgrounds greater opportunity to participate more directly and actively in the decision-making process, in particular making use of regular participatory projects, such as Plan D[9], debates and public consultations, not only at the EU level, but also at the national and regional levels”.

This is one of the recommendations made by the European citizens who took part in the various consultation and debate projects instituted by the EU through its Plan D, following the “No” votes from France and the Netherlands on the 2006 European Draft Constitution. Behind the invitation to greater citizen participation in the life of the city was the idea that social integration comes through citizen participation. In other words, civil society organisations, associations, unions, political parties, etc. are recognised vehicles for citizen action. These are organisations that convey democratic values, of sharing and respect, which contribute to intercultural dialogue and integration. They contribute to promoting citizens as full-fledged stakeholders in society and play a part as an intermediary.

However, citizen participation through activist commitment is not a matter of course. Associations, unions and partisan groups do not enjoy the same success with all layers of society. To wit, 58% of executives belong to associations, as compared to 30% of factory workers. “Whether in sporting, cultural or musical associations, or activist organisations (unions, parties, school parent associations, in particular), membership rates are much higher amongst those with post-Baccalaureate education, compared to those without degrees. Associations highlight solidarity and cooperation, but are also very much structured according to social ranking”.[10]

Likewise, another indicator of citizen participation can be found in participation in the electoral process. Here, abstention has been observed as relatively high in general, and in particular in certain populations. While gaining political citizenship does confer rights in democratic societies such as ours (voting rates, freedom of expression, right to found one’s own association, etc.), the exercise of rights and in particular voting rights raises the question of people of immigrant origin. Clearly, citizen participation or citizen involvement is not a matter of course. This attests to a lack of political integration.

On that basis, the issue of political integration would appear to lie elsewhere. The aim is, first and foremost, to enable all individuals to become players in their own lives, such that they can act on their environment and thereby gain social power[11]. To achieve true political integration of individuals, regardless of whether they have national citizenship, the challenge would thus be to foster the emancipation of citizens, their ability to act on the world and within the City. These are action principles developed by the people’s education associations, organisations from the social and solidarity-based economy, participatory democracy processes or community development[12].

How does citizen participation foster social integration?
Are there tools specific to social economy companies for fostering citizen participation?
What tools do you use in your structures or what do you see being used to encourage citizens/residents/members/users/members to participate, in particular those of immigrant descent?
What are the drivers for active citizen participation fostering real emancipation and autonomy for individuals?

2) Presentation of Citizen Debate Procedure

a) Recruitment

Fondation MACIF wanted to give a voice to MACIF policyholders, through their elected representatives, in order to learn their thoughts, questions and experiences with intercultural dialogue and, more specifically, integration.

Five debates will be held, with the support of MACIF’s Regional Offices. They will bring together 20 to 40 citizens, all representatives of policyholders recruited locally.

Fondation MACIF has chosen to work with committed citizens, who will be present not only in their capacity as policyholder representatives. They are also employees, self-employed workers, employers, union workers from 5 representative French federations, association activists, people from mutual funds, cooperatives, etc. Their mobilisation is expected to fulfil one of the objectives of Fondation MACIF to this end: fostering cross-fertilisation, meaning dissemination of ideas enriched by the exchanges between representatives mobilised in their professional, personal and activist environments.

b) Work Methods

The citizen debates are based on one basic principle – drawing upon the unique expertise of the representatives, beyond their commitment to mutualist values: their expertise as citizens. Because they are, first and foremost, policyholder representatives can offer a viewpoint that goes beyond their profession and/or activist commitments. Their ideas, testimonials, experiences and proposals need to be brought out here.

In order to remain consistent with the values borne by intercultural dialogue, the idea is that participants should be able to exchange freely, and express their opinions and ideas, in a spirit of real exchange and careful and reciprocal listening.

The debate workshops will be facilitated so that each person can express his/her own opinion and work toward the first stages of a collective view on integration and, more specifically, the issues listed above.

c) Workshop Organisation

The three debate topics were identified precisely to cover (in part) the topics of intercultural dialogue and integration:

- integration through employment;
- integration through diversity management policies in companies;
- integration through citizen participation.

The representatives will be asked to focus on one of the three topics, for a half-day. In line with the chosen principle of grassroots-level recruitment, 5 different groups of delegates will be recruited to meet locally, in 5 different regions, and work on one of the 3 themes suggested.
These “roving” citizen debates will make it possible to gather the viewpoints of different groups of delegates, in varied local settings, thereby making it possible to enrich ideas at the local, national and European levels.

Two debates are planned on integration through employment, and two others on the topic of diversity in enterprises (in particular on ethnic diversity); a fifth one will deal with the issue of citizen participation.

Each workshop will be broken down into three parts:

- a part dedicated to information/training: a speaker will come present the issues raised by the topic (general presentation outlining the subject or an illustrative presentation, based on an initiative to be presented). The regional winners of the “Social Economy, Ethnic Diversity and Employment” competition will, for instance, be invited to present their project as part of the debates on the theme of integration through employment.
The citizens will be invited to respond to the information, in particular through the first question suggested for each of the themes. The question must stimulate exchange between participants in the debate (“What do you think?”).
The first stage of the debate will consist of deconstructing the topic, based on their representations.

- a part dedicated to their practices and feedback: to what extent do these ideas echo your practices? What are the apparent effects (or lack thereof) of the initiatives of which you are aware? What are the reasons for this? Based on your active involvement as a policyholder and representative of MACIF, a social economy company, what are the advantages and limitations of organisations in this sector as regards integration?

- a time for working on proposals.
Lastly, representatives will be invited to suggest ideas for recommendations on integration, intended for Fondation MACIF, and for the European Union.


The testimonials, experiences and proposals offered by representatives, consulted at the grassroots-level, with careful attention paid to their contributions as citizens above all, will enrich Fondation MACIF’s reflections at the regional, national and European levels.

Discussions in the workshops are expected to contribute to a finer understanding and definition of the issues at stake in intercultural dialogue and integration, specifically as regards the drivers in employment, diversity management by companies and citizen participation. Furthermore, the debate method used should offer lessons on how dialogue and exchange take place.

All of this work will be put into perspective with the other European partners to the project (in Belgium, Spain, Great Britain, Italy and Romania) and the resulting cross-analysis will be the focus of a report and recommendations submitted to the European Commission in June 2009.

In addition to this report, which will give rise to publication, further ideas will be disseminated on a regular basis, via a blog and newsletters.

Lastly, Fondation MACIF wishes to foster real ownership of the ideas by the representatives involved, so that they can take their experience and proposals back to their local environments and be go-betweens with the institutions, unions and civil society and, in so doing, foster the concept of cross-fertilisation.

[1] Council of Europe, White Paper on Intercultural Dialogue, “Living Together as Equals in Dignity”, 7 May 2008, p. 17.
[2] Tavan, Chloé, “Immigrants in France: a changing situation” (“Les immigrés en France : une situation qui évolue”), Insee, n°1042, September 2005.
[3] Information available at the Observatory on Inequalities website, which can be viewed from:
[4] See
[5] People born in France of two parents born in France.
[6] Cornet Annie and Warland Philippe, “Business organisation and diversity management” (“Organisation des entreprises et gestion de la diversité”), in Diversity in all its forms (La diversité dans tous ses états), Solidarity Journal (Les Cahiers de la solidarité), n°10, Towards Solidarity (Pour la Solidarité), January 2007, p.51
[7] Cornet Annie and Warland Philippe, op.cit., p.50
[8] European Commission, The Business Case for Diversity. Good practices in the Workplace, 2005, quoted in Pavan-Woolfe Luisella, “Diversity: European policy issues” (“Diversité: les enjeux de la politique européenne”), in Diversity in all its forms (La diversité dans tous ses états), op.cit., p.19.
[9] Plan D as in “Democracy, Dialogue, Debate”, launched on the impetus of Mme Wallström, European Commissioner in charge of communication.
[10] Observatory on Inequalities:
[11] The process of gaining social power refers back, in sociology, to such concepts as empowerment and capacitación, Anglo-American and Latin American respectively. Central to these concepts is the issue of participation. A person gains social power by recovering self-esteem, recognition of his or her identity and skills and by developing critical thinking. The individual is then able – in other words, has the choice – to participate in the decisions that affect his or her life.
[12] Community development or community empowerment hearkens back to a form of social intervention (community social work in Quebec, in particular) which is aimed at “making a community capable of analysing its own situation, defining its problems and solving them”. (O. Douard, “Popular education, empowerment, capacitación… contemporary forms of providing the most disadvantaged people with social power” (“Education populaire, empowerment, capacitación… des formes contemporaines de l’accès pour les plus défavorisés à la puissance sociale)”, LERIS, 2007)
The community approach is used in particular in the field of health, for instance, in support for drug addicts.

Note de cadrage des débats citoyens


La Fondation MACIF est engagée comme partenaire, aux côtés d’autres organisations de l’économie sociale en Europe, dans un projet européen intitulé CID (Citoyenneté, Interculturalité, Dialogue). Ce projet a pour objectif notamment de créer un espace de réflexion européen sur le dialogue interculturel, sur ce que signifie ce concept, quelles sont ses perceptions en différents points de l’Union européenne et quelles sont ses applications concrètes.

Dans son Livre Blanc sur le dialogue interculturel, le Conseil de l’Europe définit le dialogue interculturel comme « un processus d’échange de vues ouvert et respectueux entre des personnes et des groupes de différentes origines et traditions ethniques, culturelles, religieuses et linguistiques, dans un esprit de compréhension et de respect mutuels »[1]. L’année 2008 a été désignée par la Commission Européenne, Année européenne du dialogue interculturel et ce, parce qu’elle considère que le dialogue interculturel peut être un instrument efficace non seulement pour gérer de manière démocratique la diversité culturelle mais aussi pour contribuer à la promotion d’une citoyenneté active de tous les citoyens et toutes les citoyennes au sein de l’Union.

Au travers de l’organisation de débats citoyens réunissant des délégués de sociétaires de sa mutuelle fondatrice la MACIF, la Fondation MACIF a choisi d’explorer plus précisément la question du dialogue interculturel et de l’intégration. En effet, à l’heure où notre société est de plus en plus multiculturelle, le défi à relever est celui de l’intégration et de la reconnaissance des différences de tout un chacun – culturelles, linguistiques, ethniques, religieuses, d’âge, de genre, d’orientation sexuelle… Le processus d’intégration embrasse tous les aspects de la vie de la société. Quels sont alors les différents leviers d’intégration ? Plusieurs mesures d’intégration sont connues : par le travail, le système éducatif, la langue, l’engagement associatif, syndical et politique…

La Fondation MACIF s’est fortement mobilisée depuis quelques années, en collaboration avec ses partenaires, en faveur de l’intégration par l’emploi, de la lutte contre les discriminations, de la promotion de la diversité au sein des entreprises, de l’intégration des jeunes issus de l’immigration, etc. Elle fait le choix de soumettre trois mesures d’intégration au débat afin d’alimenter ses réflexions et le débat européen:
- L’intégration par l’emploi ;
- L’intégration par une politique de diversité au sein de l’entreprise ;
- L’intégration par la participation citoyenne.

Ces trois thèmes seront explicités dans un premier temps, ainsi que les questions qu’ils soulèvent et qui seront posées aux délégués de sociétaires de la MACIF. Une présentation de l’organisation des débats citoyens permettra ensuite de comprendre comment la Fondation MACIF entend donner la parole à ces délégués et leur permettre de dialoguer sur ces sujets.

1) Cadrage des 3 thèmes de débats et questions à traiter
a) L’intégration par l’emploi

Il existe de nombreuses initiatives tant institutionnelles qu’associatives visant à une intégration des personnes par l’activité économique, ou l’emploi. Ces initiatives assistent les personnes soit dans leur recherche d’un emploi salarié, soit dans la création de leur propre activité. Elles ciblent parfois des publics en particulier : populations d’origine immigrée, jeunes, femmes… autant de publics qui sont confrontés à de véritables disparités dans leur accès à l’emploi.

La Fondation MACIF a soutenu en 2008 des initiatives en matière de lutte contre les discriminations ethniques liées à l’emploi au travers d’un concours s’adressant aux entreprises de l’économie sociale (mutuelles, coopératives, associations et fondations). En association avec la Direction de l’Accueil de l’Intégration et de la Citoyenneté (DAIC) du Ministère de l’immigration et l’Agence pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des chances (Acsé), et avec l’expertise de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (Halde), elle souhaitait répondre au phénomène de discrimination à l’embauche subi par les personnes issues de l’immigration.

En effet, en 2007, parmi les 6222 réclamations reçues à la Halde, plus de la moitié concernait le domaine de l’emploi et 27% étaient liées à l’origine. Les personnes immigrées sont davantage touchées par le chômage : le taux de celui-ci s’élevait à 16.4% en 2002, soit le double de celui des non-immigrés. De la même façon, le taux d’activité des femmes immigrées « est nettement inférieur à celui des non immigrées »[2], mais leur taux de chômage est également plus important que chez les hommes immigrés. Les femmes immigrées sont ainsi victimes d’une double discrimination, liée à leur origine d’une part, à leur genre d’autre part. On le voit, à l’effet « d’origine » peuvent s’ajouter d’autres facteurs. L’effet « quartier » est également sujet à discrimination à l’embauche : le taux de chômage dans les Zones Urbaines Sensibles (Zus) est deux fois plus élevé qu’ailleurs (20% à 10%).[3] Les jeunes souffrent également d’inégalités dans leur accès au marché du travail. 19% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage, contre 8 à 9% pour la population des plus de 25ans.[4]

Les politiques menées en faveur d’une intégration par l’emploi ciblent l’accès à l’emploi en partant du postulat que le travail est source d’intégration sociale, économique et culturelle. Par contre on constate des inégalités dans la qualité des emplois. 8,6% des femmes salariées sont en situation de temps partiel subi. Les populations d’origine immigrées sont également plus touchées par la précarité et dépendent beaucoup plus que les "natifs"[5] d’emplois aidés, non stables. Le débat sur l’intégration par l’emploi doit alors s’élargir d’une réflexion sur la qualité de l’emploi.

Questions :
Pensez-vous que le travail est toujours un lieu d’intégration performant ?
Les entreprises de l’économie sociale, porteuses de valeur de solidarité, sont-elles vecteur selon vous d’une meilleure intégration sociale que les entreprises traditionnelles ?
Connaissez-vous des initiatives intéressantes que vous souhaiteriez partager ?
Quelles sont les conditions d’une intégration par l’emploi réussie ?

b) L’intégration par une politique de diversité dans l’entreprise

La diversité est une notion floue ; d’aucuns diraient un « mot valise ». La diversité apparaît à partir du moment où l’on introduit la notion de « différence », qu’elle soit physique et/ou sociale, faisant appel à des différences fondées sur l’orientation sexuelle, la culture, la couleur de peau, les pratiques religieuses… Dans le monde du travail, une personne étant différente par telle ou telle caractéristique peut souffrir de discriminations dans le recrutement pour un emploi, ou dans ses perspectives d’évolution au sein de l’entreprise. Des exemples ont été cités précédemment. « Il émerge dans les organisations, qu’elles soient issues du secteur privé, public ou non marchand, une prise de conscience des défis internes et externes posés par cette diversité croissante, de plus en plus visible et en demande de reconnaissance. »[6] Les entreprises peuvent de moins en moins se permettre de rester silencieuses face à cette évolution. Certaines choisissent alors de mettre en place une politique active de gestion de la diversité pour générer une dynamique d’intégration des personnes au sein de l’entreprise et lutter contre les discriminations. Cette politique s’inscrit généralement dans une réflexion sur la responsabilité sociale des entreprises. Les mesures prises dans les entreprises concernent le plus souvent la mise en place d’une nouvelle politique de gestion des ressources humaines, une réorganisation du travail et des normes et un renforcement de la collaboration avec les associations et partenaires de leur environnement. « Les employeurs qui ont adopté des plans de gestion de la diversité se basent essentiellement sur les caractéristiques suivantes, sur lesquelles portent les discriminations les plus fréquentes : le sexe, l’origine ethnique, le handicap et l’âge. »[7] Car c’est au niveau de l’entreprise que les besoins et les possibilités en matière d’intégration des travailleurs migrants notamment sont les plus concrets. De nouvelles formes de discriminations apparaissent également, plus subtiles, liées à l’apparence physique ou à l’orientation sexuelle, mais qui ne font pas trop encore l’objet de mesures de gestion de la diversité, au sens large donc.

La MACIF a par exemple signé le 10 octobre 2007 la Charte de la diversité. La mutuelle souhaite en effet garantir à l’ensemble de ses salariés, l’égalité des chances à toutes les étapes de leur vie professionnelle. Cette Charte, et plus concrètement l’ensemble des mesures prises dans la politique des ressources humaines de la MACIF, vise les jeunes, notamment celles et ceux issu(e)s de l’immigration ; les personnes de plus de 45 ans ou ayant plus de 20 ans d’ancienneté ; les femmes et les personnes handicapées. Ce sont essentiellement des mesures de formation continue, de suivi individualisé et de recrutement qui sont mises en place. Le partenariat joue également une place importante, la MACIF ayant choisi de travailler plus étroitement avec des associations, des établissements d’enseignement supérieur, des entreprises intermédiaires de recrutement, etc. L’ensemble des organisations syndicales a été associé à la mise en place de cette politique de diversité de l’entreprise.

Pourquoi des entreprises font-elles le choix de mener une politique active en matière de gestion de la diversité ? Plusieurs motivations sont répertoriées par les spécialistes. Une étude menée par la Commission européenne en 2005 révèle que 83% des entreprises interrogées pensent qu’une politique de gestion de la diversité génère des retombées positives sur l’entreprise, notamment d’ordre économique.[8] Des équipes hétérogènes sont plus créatives et plus performantes ; l’intégration d’une personne handicapée au sein d’un service génère un esprit de solidarité et d’ouverture ; le traitement à égalité des salariés est source de motivation pour penser à ses perspectives d’évolution ; la valorisation de la politique de diversité menée par l’entreprise a des répercussions sur son image… Au-delà de ces répercussions positives d’ordre entrepreneuriales, une politique de gestion de la diversité au sein d’une entreprise contribue à une ouverture d’esprit des salariés et de la clientèle de l’entreprise et à un meilleur dialogue interculturel.

Questions :
En quoi une politique de gestion de la diversité en entreprise favorise-t-elle l’intégration ?
Quelle est la plus-value des entreprises de l’économie sociale en matière de diversité ?
Connaissez-vous des initiatives, des expériences, que vous souhaiteriez partager ?
Que proposeriez-vous pour améliorer l’intégration au sein d’une entreprise?

c) L’intégration par la participation citoyenne

« L’Union européenne doit offrir aux citoyens européens de tous les horizons des possibilités accrues de participer plus directement et activement au processus décisionnel, grâce notamment à des projets participatifs réguliers, comme ceux du Plan D[9], à des débats et à des consultations publiques, non seulement à l’échelle de l’UE mais également aux niveaux national et régional. »

Voilà l’une des recommandations des citoyens européens ayant participé aux différents projets de consultation et de débat mis en place par l’UE au travers de son Plan D suite aux « non » français et néerlandais aux référendums sur le projet de constitution européenne en 2006. Derrière cette invitation à une plus grande participation des citoyens à la vie de la Cité, repose l’idée que l’intégration sociale passe par la participation citoyenne. Dès lors, les organisations de la société civile, les associations, les syndicats, les partis politiques… sont des relais reconnus de citoyenneté. Ces organisations véhiculent des valeurs démocratiques, de partage et de respect qui contribuent au dialogue interculturel et à l’intégration. Elles contribuent à valoriser les citoyens comme des parties prenantes à part entière de la société et jouent le rôle d’intermédiaire.

Cependant, la participation citoyenne au travers d’un engagement militant ne va pas de soi. Les organisations associatives, syndicales et partisanes ne rencontrent pas le même succès auprès de toutes les classes sociales. Ainsi, 58% des cadres supérieurs contre 30% des ouvriers sont adhérents d’une association. La participation associative est très nettement liée au niveau de diplôme et au niveau de vie. « Que ce soit dans les associations sportives, culturelles ou musicales, les organisations militantes (syndicats, partis, associations de parents d’élèves notamment), le taux d’adhésion est très supérieur chez ceux qui disposent d’un niveau supérieur au bac que chez les non diplômés. Le monde associatif met en avant la solidarité et la coopération, mais il est, lui aussi, très structuré en fonction des positions sociales. »[10]

De la même façon, un autre indicateur de participation citoyenne peut être celui de la participation aux échéances électorales. Or on constate que l’abstentionnisme est relativement important en général, et particulièrement chez certaines populations. Si l’acquisition de la citoyenneté politique donne des droits dans nos sociétés démocratiques (droit de vote, liberté d’expression, droit de créer son association…), l’exercice de ces droits et notamment du droit de vote pose question chez les personnes d’origine immigrée. On voit bien ici que la participation citoyenne ou l’engagement citoyen ne vont pas de soi. Cela témoigne d’un défaut d’intégration politique.

Dès lors, l’enjeu de l’intégration politique se situerait peut-être ailleurs. Il s’agit avant tout de permettre aux individus, quels qu’ils soient, de devenir les acteurs de leur propre vie, qu’ils soient acteurs sur leur environnement et acquièrent donc une puissance sociale[11]. Pour une véritable intégration politique des individus, qu’ils aient la citoyenneté nationale ou pas, l’enjeu serait alors de favoriser l’émancipation des citoyens, leur capacité d’agir sur le monde et au sein de la Cité. Ce sont des principes d’action développés par les associations d’éducation populaire, les organisations de l’économie sociale et solidaire, les démarches de démocratie participative ou encore de développement communautaire[12].

Questions :

En quoi la participation citoyenne favorise-t-elle l’intégration sociale ?
Y a-t-il des outils spécifiques aux entreprises de l’économie sociale pour favoriser la participation citoyenne?
Quels outils utilisez-vous dans vos structures, qu’observez-vous, pour faire participer les citoyens/habitants/membres/usagers/sociétaires, notamment ceux issus de l’immigration ?
Quels sont les leviers d’une participation citoyenne active favorisant une émancipation et une autonomie réelles des personnes ?

2) Présentation du dispositif des débats citoyens

a) Le recrutement

La Fondation MACIF a souhaité donner la parole aux sociétaires de la MACIF, via leurs délégués élus, afin de recueillir leurs réflexions, leurs questionnements, leurs expériences sur la question du dialogue interculturel et plus particulièrement de l’intégration.

Cinq débats seront organisés, avec l’appui des Directions régionales de la MACIF. Ils réuniront de 20 à 40 citoyens, délégués de sociétaires recrutés localement.

La Fondation MACIF a fait le choix de travailler avec des citoyens investis, qui ne sont pas ici uniquement porteurs de leur mandat de délégués représentants de sociétaires. Les délégués de sociétaires sont en effet des salariés, des professionnels indépendants, des employeurs, des syndicalistes des 5 confédérations représentatives françaises, des militants associatifs, mutualistes, coopératifs… Leur mobilisation devrait répondre à un des objectifs de la Fondation MACIF dans ce projet : favoriser une fertilisation croisée, c’est-à-dire une dissémination des réflexions alimentée des échanges de ces délégués mobilisés dans leur milieu professionnel, personnel, militant…

b) Les méthodes de travail

Ces débats citoyens reposent sur un principe fondamental, celui de valoriser l’expertise singulière des délégués, au-delà de leur engagement mutualiste : leur expertise citoyenne. Parce qu’ils sont avant tout des citoyen(ne)s, les délégué(e)s de sociétaires peuvent apporter un point de vue qui dépasse leur profession et/ou leur engagement militant. Ce sont leurs réflexions, leurs témoignages, leurs expériences et leurs propositions qui sont à valoriser ici.

Dans un souci de cohérence avec les valeurs portées par le dialogue interculturel, l’idée est qu’ils puissent échanger librement, qu’ils puissent exprimer leur avis et leurs réflexions, dans des conditions d’échanges véritables et d’écoute attentive et réciproque.

Ces ateliers de débat seront animés de manière à permettre à chacun d’exprimer son avis individuel et de travailler aux prémices d’une expression collective sur la question de l’intégration et plus précisément, sur les questions précédemment citées.

c) L’organisation des ateliers

Trois thèmes de débat ont été plus précisément identifiés pour couvrir (partiellement) le champ du dialogue interculturel et de l’intégration:
- l’intégration par l’emploi ;
- l’intégration par les politiques de gestion de la diversité en entreprise ;
- l’intégration par la participation citoyenne.

Les délégués seront amenés à travailler sur un des 3 thèmes, durant une demi-journée. Les délégués étant recrutés localement, cela signifie que 5 groupes différents de délégués seront recrutés pour se réunir une fois chacun localement, dans 5 régions différentes, et travailler sur un des 3 thèmes proposés.
Ces débats citoyens « itinérants » permettront de recueillir les points de vue de différents groupes de délégués, dans des contextes locaux variés, permettant un enrichissement des réflexions aux niveaux local, national et européen.

Deux débats devraient avoir lieu sur l’intégration par l’emploi, deux autres sur la question de la diversité en entreprise (notamment sur la diversité ethnique); un cinquième sur la question de la participation citoyenne.

Trois temps sont envisagés dans chaque atelier :

- un temps d’information/formation : un intervenant viendra présenter les enjeux soulevés par un sujet (intervention générale de cadrage du sujet ou intervention illustrative, à partir d’une initiative à présenter). Les lauréats régionaux du concours « Economie sociale, diversité ethnique et emploi » seront par exemple invités à venir présenter leur projet dans le cadre des débats sur le thème de l’intégration par l’emploi.
Les citoyens seront invités à réagir à cette information, notamment à partir de la première question proposée pour chacun des thèmes. Elle doit être un moteur pour susciter des échanges entre participants, du débat (« Qu’en pensez-vous ? »).
Ce premier temps du débat est un temps de déconstruction du sujet à partir de leurs représentations.

- un temps d’échanges sur leurs pratiques, de retours d’expériences : en quoi ces réflexions font-elles écho à vos pratiques ? Quels effets les initiatives que vous connaissez semblent-elles produire ou pas ? Pourquoi? A partir de votre engagement comme sociétaire et délégué de la MACIF, entreprise d’économie sociale, quels sont les atouts et les limites des organisations de ce secteur en matière d’intégration ?

- un temps de travail sur des propositions.
Les délégués seront enfin invités à émettre des pistes de recommandations en matière d’intégration destinées à la Fondation MACIF d’une part, à l’Union européenne d’autre part.


Les témoignages, expériences et propositions apportées par les délégués, consultés de manière locale sur le territoire et dans une écoute attentive de leur parole de citoyen avant tout, viendront alimenter les réflexions de la Fondation MACIF au niveau régional, national et européen.
Les échanges en atelier devraient contribuer à affiner la compréhension et les enjeux du dialogue interculturel et de l’intégration, spécifiquement en ce qui concerne les leviers que représentent l’emploi, la gestion de la diversité en entreprise et la participation citoyenne. D’autre part, la méthode de débats employée devrait permettre de tirer des enseignements sur la manière dont s’opèrent le dialogue et les échanges.
L’ensemble de ces travaux sera mis en perspective avec les autres partenaires européens du projet (en Belgique, Espagne, Grande-Bretagne, Italie et Roumanie) et leur analyse croisée fera l’objet d’un rapport et de recommandations remis à la Commission européenne en juin 2009.
Outre ce rapport qui donnera lieu à une publication, ces réflexions seront diffusées régulièrement via un blog et des newsletters.
Enfin, la Fondation MACIF souhaite favoriser une réelle appropriation des réflexions par les délégués impliqués pour qu’ils puissent être porteurs d’expériences et de propositions et être ainsi des relais au sein des institutions, des syndicats et de la société civile, favorisant ainsi le principe de fertilisation croisée.
[1] Conseil de l’Europe, Livre Blanc du dialogue interculturel, « Vivre ensemble dans l’égale dignité », 7 mai 2008, p.17.
[2] Tavan, Chloé, « Les immigrés en France : une situation qui évolue », Insee, n°1042, septembre 2005.
[3] Eléments disponibles sur le site de l’Observatoire des inégalités, consultable à partir du site :
[4] Voir
[5] Personnes nées en France de deux parents nés en France.
[6] Cornet Annie et Warland Philippe, « Organisation des entreprises et gestion de la diversité », in La diversité dans tous ses états, Les Cahiers de la solidarité, n°10, Pour la Solidarité, janvier 2007, p.51
[7] Cornet Annie et Warland Philippe, op.cit., p.50
[8] European Commission, The Business Case for Diversity. Good practices in the Workplace, 2005, cité dans Pavan-Woolfe Luisella, “Diversité: les enjeux de la politique européenne”, in La diversité dans tous ses états, op.cit., p.19.
[9] Plan D comme « Démocratie, Dialogue, Débat », lancée à l’initiative de Mme Wallström, Commissaire européen en charge de la communication.
[10] Observatoire des inégalités :
[11] Le processus d’acquisition de la puissance sociale renvoie en sociologie notamment aux concepts d’empowerment et de capacitación respectivement anglo-saxon et latino-américain. Au cœur de ces notions se trouve la question de la participation. Une personne acquiert de la puissance sociale en retrouvant une estime de soi, une reconnaissance de son identité et de ses compétences et en développant un esprit critique. Elle est alors en mesure - autrement dit, elle a le choix - de participer aux décisions qui affectent sa vie.
[12] Le développement communautaire ou empowerment communautaire renvoie à une forme d’intervention sociale (le travail social communautaire au Québec notamment) qui vise à « rendre une communauté capable d'analyser sa situation, de définir ses problèmes et de les résoudre ». (O. Douard, « Education populaire, empowerment, capacitación… des formes contemporaines de l’accès pour les plus défavorisés à la puissance sociale », LERIS, 2007)
L’approche communautaire est particulièrement utilisée dans le domaine de la santé, par exemple dans l’accompagnement de personnes souffrant de toxicomanie.

Projet CID : Citoyenneté, Interculturalité, Dialogue

"Citoyenneté, Interculturalité, Dialogue" est un projet transnational inscrit dans le programme "L'Europe pour les citoyens" de la Direction générale Education et Culture de la Commission européenne. Ce projet est porté par le Pôle européen des fondations de l'économie sociale avec la participation de 6 partenaires de 5 pays européens :
- CSV (Royaume Uni),
- Fondation EAES (Espagne),
- Fondation Macif (France),
- Fondation Pact (Roumanie),
- Fondation P&V (Belgique),
- Pour la Solidarité (Belgique).
Le but du projet est de créer une plateforme d'échanges et de réflexion sur le thème du dialogue interculturel, en comparant les perceptions et pratiques de la société civile au sein des différents états membres.
Le lancement du projet a eu lieu à Osuna (Espagne) le 22 septembre 2008, au cours duquel les partenaires des 5 pays ont choisi une thématique de travail qui fera l'objet de dialogues et de débats durant 6 mois avec un groupe constitué de 40 personnes représentatives de la société civile dans chacun des pays des partenaires.

CID Project : Citizenship, Interculturality, Dialogue

"Citizenship, Interculturality, Dialogue" is a transnational project that comes within the framework of the programme "Europe for citizens" of the Directorate-General for Education and Culture of the European Commission. The European network of foundations for social economy leads the project with the participation of 6 partners from 5 european countries :
- CSV (United Kingdom)
- EAES Foundation (Spain)
- Macif Foundation(France)
- Pact Foundation (Romania)
- P&V Foundation (Belgium)
- Pour la Solidarité (Belgium)
The goal of the project is to create a platform for exchanges and reflection on intercultural dialogue, comparing perceptions and practices of civil society within different member states.
The kick off meeting of the project took place in Osuna (Spain) on the 22nd september 2008.
There the partners of the five countries chose a working theme which will be discussed by the groups of 40 citizens created in each country, during 6 months.